Page:Segard - Le Mirage perpétuel, 1903.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOLÈDE



Tolède sur son roc et tenant à ses pieds
Le Tage aux flots boueux qui mugit autour d’elle
Profile sur l’azur parmi tours et tourelles
Les tragiques débris de ses murs foudroyés.

Elle domine ainsi qu’une étroite couronne
Le sommet décharné d’une montagne à pic
Où s’étiolent parmi de rares basilics
Quelques touffes d’ajoncs, de myrte et d’anémones.