Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTES

SUR

TITUS ANDRONICUS,

UNE TRAGÉDIE DANS L’YORKSHIRE

ET LES DEUX NOBLES PARENTS




(1) La ballade que voici, inscrite sur les registres du Stationers’hall à la date du 6 février 1593, fut publiée par le libraire John Danter, en même temps que l’édition primitive de Titus Andronicus. Est-elle antérieure au drame ? Lui est-elle postérieure ? Les critiques sont divisés sur cette question. Pour ma part, j’incline à croire qu’elle fut composée après l’apparition de la pièce dont elle rectifie le défaut le plus saillant, en passant sons silence les crimes commis par Titus et en rendant sympathique, par cette omission ingénieuse, la figure du principal personnage.

BALLADE DE TITUS ANDRONICUS.

« Vous, âmes nobles, guerriers fameux, qui combattez pour la défense de votre pays natal, prêtez-moi l’oreille, à moi qui, pendant dix années, ai combattu pour Rome, et n’ai recueilli d’ingratitude à mon retour dans la patrie.