Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

» Soixante ans je vécus considéré dans Rome ; mon nom y était aimé de tous mes pairs ; j’avais vingt-cinq fils vaillants dont les vertus précoces rendaient leur père heureux.

» En effet, quand les ennemis de Rome la menaçaient de leurs forces belliqueuses, mes fils et moi, nous étions toujours envoyés contre eux ; dix longues années, nous soutînmes contre les Goths une guerre pénible, recevant maintes blessures sanglantes.

» Vingt-deux de mes fils furent tués, avant que nous fussions revenus à Rome ; de mes vingt-cinq fils, je n’en ramenai que trois vivants pour voir les tours majestueuses de Rome.

» À la fin de la guerre, je ramenai mes conquêtes, et je présentai au roi mes prisonniers, la reine des Goths, ses fils et un More qui commit des meurtres inouïs.

» L’empereur prit pour femme cette reine ; ce qui produisit dans Rome bien des débats et des rivalités mortelles ; les deux fils de la reine et le More devinrent si superbes que personne dans Rome n’avait autant de privilèges.

» Le More charme tellement les regards de la nouvelle impératrice qu’elle consentit à souiller le lit de son mari de connivence avec lui, et ainsi un jour elle mit au monde un négrillon.

» Elle alors, dont les pensées étaient portées au meurtre, se ligua avec ce More sanguinaire contre moi, ma famille et tous mes amis, afin de hâter notre fin d’une façon cruelle.

» Ainsi, quand je comptais achever en repos ma vieillesse, le souci et le chagrin s’accrurent pour moi. Outre mes fils, j’avais une fille charmante, qui réjouissait et ravissait mes vieux regards.

» Ma chère Lavinia était alors fiancée au fils de César, un noble jeune homme, qui dans une chasse fut privé de la vie par l’impératrice et ses deux fils.

» Le cadavre fut jeté sans pitié dans une sombre fosse, loin de la lumière des cieux ; le cruel More arriva alors en ce lieu avec mes trois fils qui tombèrent dans la fosse.

» Puis le More alla rapidement chercher l’empereur afin de les accuser de ce meurtre ; et, comme mes fils furent trouvés dans la fosse, ils furent jetés dans une prison inique et enchaînés.

» Mais maintenant, apprenez ce qui me blessa le plus dans