Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

père furieux le bourreau de ses enfants !… Ô mes enfants, s’il était permis que vos jolies âmes regardassent du haut du ciel dans les yeux de votre père, vous en verriez le cristal se fondre dans le repentir, vous verriez votre double meurtre ruisseler sur mes joues. Mais vous êtes à jouer sur les genoux des anges, et vous ne voulez pas me regarder, moi qui, privé de la grâce, vous ai tués par misère ! Oh ! si mes désirs pouvaient encore être exaucés, je voudrais vous voir revivre, dussé-je, ce que je craignais tant, demander l’aumône avec vous ! »

Par cette rapide analyse, le lecteur peut se faire une idée de l’ouvrage qui lui est soumis.

La Tragédie dans l’Yorkshire a tout le caractère d’une improvisation. C’est une ébauche rapide, violente, heurtée, mais magistrale. Une crise et une catastrophe, voilà ce drame. Pas de prologue ni d’exposition. L’action, à peine nouée, se précipite furieuse vers le dénomment. On voit bien que cette œuvre, conçue à l’occasion d’un événement terrible, a été prématurément menée à fin sous la pression des circonstances. Il y avait dans la vie et dans la mort de ce joueur pendu à York au mois d’août 1604 le motif d’un drame profondément philosophique et humain qui pouvait être largement développé et prendre aisément les proportions du Roi Lear ou d’Othello. Au lieu de cela, nous avons à peine quelques scènes formant un ensemble plus court de moitié que la plus courte pièce de Shakespeare. Quelle est la raison de cette étrange brièveté ? C’est qu’évidemment la Tragédie dans l’Yorkshire a été produite avant l’heure sur la scène. Il n’a pas été permis à l’auteur d’exécuter le plan très-vaste qu’il avait primitivement conçu. Nous retrouvons dans l’ouvrage inachevé les traces incontestables d’un scénario abandonné. Ainsi, dès la première scène, un domestique nommé Olivier parle d’une jeune fille que le joueur avait dans l’origine promis d’épouser et qu’il a