Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CASSIUS.

— Cela fait, rendez-vous au théâtre de Pompée.

Sort Cinna.

— Venez, Casca : avant le jour, nous irons, vous et moi, — faire visite à Brutus : il est déjà aux trois quarts — à nous ; et l’homme tout entier — se reconnaîtra nôtre à la première rencontre.


CASCA.

— Oh ! il est placé bien haut dans le cœur du peuple. — Ce qui en nous paraîtrait un crime, — son prestige, comme la plus riche alchimie, — le transformera en vertu et en mérite (33).


CASSIUS.

— Vous avez bien apprécié l’homme et son mérite, — et le grand besoin que nous avons de lui. Marchons, — car il est plus de minuit ; et, avant le jour, — nous irons l’éveiller et nous assurer de lui.

Ils sortent.



Scène IV.


[Rome. Le verger de Brutus.]


Il fait toujours nuit. Entre Brutus.

BRUTUS.

— Holà ! Lucius ! — Je ne puis, au progrès des astres, — juger combien le jour est proche… Lucius ! allons ! — Je voudrais avoir le défaut de dormir aussi profondément… — Viendras-tu, Lucius, viendras-tu ?… Allons, éveille-toi… Holà, Lucius !


Entre Lucius.

LUCIUS.

Avez-vous appelé, monseigneur ?