Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et pourtant, c’est une fille de ferme… Pourtant, elle n’est plus fille, car elle a fait beaucoup jaser ; pourtant si ! elle est fille, car elle est fille de ferme chez son maître, et elle sert pour des gages… Elle a plus de qualités qu’un épagneul, ce qui est beaucoup pour une simple chrétienne. Voici le raisiné de ses qualités :

Il tire un papier de sa poche.

Imprimis : elle peut chercher et rapporter. Eh bien, un cheval ne peut pas faire plus ; et même, un cheval ne peut pas chercher, il ne peut que rapporter : ainsi elle vaut mieux qu’une rosse… Item. Elle sait traire : voilà une vertu suave, voyez-vous, chez une fille qui a les mains propres.


Entre Diligence.

DILIGENCE.

Eh bien, signor Lance, quelles nouvelles Votre Seigneurie ?…


LANCE, l’interrompant.

Mon seigneur ne rit pas.


DILIGENCE.

Bon. Toujours votre vieux défaut : jouer sur les mots ! Voyons, quelles nouvelles avez-vous sur ce papier ?


LANCE.

Les nouvelles les plus noires que tu aies jamais ouïes.


DILIGENCE.

Comment, mon cher, noires ?


LANCE.

Oui, noires comme de l’encre.


DILIGENCE.

Laisse-moi les lire.


LANCE.

Foin ! bourrique ! Tu ne sais pas lire.