Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CULASSE

Non, non, monsieur ; erreur ! Le mur ne répond rien !
C’est au tour de Thisbé de donner la réplique…
Voyez si j’ai raison, hein ? La voilà qui vient !…

Entre THISBÉ.

THISBÉ

Ô mur qui maintes fois résonnas de mes plaintes
Lorsque tu dérobais Pyrame à mon étreinte,
Souvent sur tes moellons badigeonnés de chaux,
Mes lèvres de cerise ont mis des baisers chauds !


PYRAME

J’aperçois une voix… Allons vers la crevasse !
Chère Thisbé, peut-être y verrai-je ta face !…
Thisbé ?C’est toi mon cœur ? Je pense que c’est toi…


THISBÉ
Thisbé ?C’est toi mon cœur ? Je pense que c’est toi…


PYRAME

Pense ce que tu veux, ma chère, mais c’est moi !
Moi, pareil à Limandre, et comme lui fidèle !


THISBÉ
Et moi, seconde Hélène, amoureuse comme elle !…


PYRAME
Schafale ne fut pas plus fidèle à Procrus !…


THISBÉ
Mais si Procrus l’aimait je t’aime encor bien plus !

PYRAME
Oh, par le trou du mur que nos lèvres se touchent !…