Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



HERMIA

Quand je suis méprisante et fière
Il dit qu’il m’aime davantage.


HÉLÈNE

Ah, que n’est-ce l’effet de mes pauvres prières !…


HERMIA

Plus je le hais, plus il me suit !


HÉLÈNE

Plus je l’aime et plus il me fuit !


HERMIA

Je ne fais donc rien, cependant,
Pour encourager sa folie.


HÉLÈNE

Il vous suffit d’être jolie !
Combien j’en voudrais faire autant !


HERMIA

Consolez-vous, Hélène, et séchez vos beaux yeux !
Il ne verra plus mon visage !
Bientôt Lysandre et moi nous allons fuir ces lieux…
Où j’ai passé mon plus bel âge
Pourtant ! Tel est l’amour ! Comme vous j’ai souffert,
Et ma peine a changé mon ciel en un enfer !


LYSANDRE

Oui, nous vous confions nos projets sans ombrage :
A l’heure où, dès le soir tombé,
Demain Phébé
Se mirera dans la rivière
Et sèmera sur les clairières