Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHŒUR

Rossignol mélodieux
Chante un chant qui clôt nos yeux,
Lulla, lulla, lullaby ; lulla, lulla, lullaby.
Que jamais malheurs ni charmes
Ne les rougissent de larmes !
Et bonne nuit, lullaby !


SECONDE FÉE

Araignée à ta toile agrafée,
Escarbots, limaçons et limaces,
Cachez-nous vos vilaines grimaces !
N’éveillez pas la reine des Fées !…


CHŒUR

Rossignol mélodieux
Chante un chant qui clôt nos yeux.
Lulla, lulla, lullaby ; lulla, lulla, lullaby.
Que jamais malheurs ni charmes
Ne les rougissent de larmes !
Et bonne nuit, lullaby !


PREMIÈRE FÉE

Tout va bien ! Sauvons-nous ! Qu’une seule gardienne
Demeure, et surveille, à l’écart !…

LES FÉES s’éloignent ; TITANIA dort.
Entre OBÉRON qui presse la fleur sur les paupières de TITANIA.

OBÉRON

Le premier sur qui ton regard
Frappera tantôt, qu’il devienne
Tout l’amour de ton cœur blessé !