Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


consentît à l’unir avec celui qu’elle aimait ; mais le vieillard se croyant engagé d’honneur avec mon ami, refusa obstinément. Celui-ci, pour fléchir l’inexorable père, quitta son pays, et n’y revint que lorsqu’il apprit que sa maîtresse était mariée suivant son inclination. « Quel noble compagnon » ! vous écrierez-vous. Tel est son caractère ; mais il a passé sa vie entière à bord d’un vaisseau, et à peine a-t-il une idée hors des cordages et d’un hauban.

» Mais si je me plains un peu, ou si je puis concevoir dans mes travaux une consolation que peut-être je ne connaîtrai jamais, ne croyez pas que je sois incertain dans mes résolutions ; elles sont invariables comme le destin ; et mon voyage