Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’est maintenant différé, que jusqu’à ce que le temps me permette de mettre à la voile. L’hiver a été horriblement dur ; mais le printemps s’annonce favorablement, et cette saison paraît même fort avancée. Ainsi, je m’embarquerai peut-être plutôt que je ne m’y étais attendu. Je ne ferai rien avec témérité ; vous me connaissez assez pour avoir confiance en ma prudence et en ma circonspection, toutes les fois que la sûreté des autres est commise à mes soins.

» Je ne puis vous dépeindre tout ce que j’éprouve en me voyant si près de mettre mon entreprise à exécution. Il est impossible de vous donner une idée de cette sensation incertaine, agréable et pénible à