Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mon (c’est ainsi qu’il l’appelait). Bientôt après, lorsqu’il fut seul avec moi, il me dit : « J’ai, sans doute, excité votre curiosité, aussi bien que celle de ces braves gens ; mais vous êtes trop délicat pour me faire des questions.

» — Certainement ; il serait très-indiscret et très-inhumain de ma part de vous faire de la peine pour satisfaire ma curiosité personnelle.

» — Et cependant vous m’avez tiré d’une position étrange et dangereuse ; vous m’avez généreusement rendu à la vie ».

» Ensuite il me demanda si je croyais que la rupture de la glace eût anéanti l’autre traîneau. Je lui dis que je ne saurais répondre avec