Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nous nous trouvions dans notre maison, auprès de Belrive, quand vint à éclater l’orage le plus violent et le plus terrible. Il s’avançait de l’autre côté des montagnes du Jura, et s’annonçait par les éclats du tonnerre qui retentissait de plusieurs côtés à la fois avec un fracas effrayant. Je restai, tant que l’orage dura, à observer ses progrès avec curiosité et plaisir. Pendant que je me tenais à la porte, je vis tout à coup une traînée de feu sortir d’un chêne antique et élevé, qui était à peu près à vingt pas de notre maison ; et à peine la lumière cessa de briller, que le chêne disparut, et il ne restait plus qu’un tronc en ruines. Le lendemain matin nous allâmes le voir ; l’arbre avait été