Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


maintenant aux habitans de la chaumière, dont l’histoire excitait en moi tour-à-tour des sentimens d’indignation, de plaisir et d’étonnement, mais qui ne faisaient qu’ajouter à l’amour et au respect que j’avais pour mes protecteurs ; car j’aimais à les appeler ainsi par une illusion innocente et presque pénible.