Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


malheureux ; mais le cœur de l’homme qui est dégagé de tout intérêt particulier, ne renferme qu’amour fraternel et charité. Ayez donc confiance ; et, si ces amis sont bons et aimables, ne perdez pas courage ».

— « Ils sont bons, il n’en est pas qui soient meilleurs ; mais, malheureusement, ils sont prévenus contre moi. J’ai un bon naturel ; jusqu’ici ma vie a été innocente, et quelquefois bienfaisante ; mais les personnes, dont je vous parle, sont aveuglées par un préjugé fatal, et, au lieu de voir en moi un ami bon et sensible, elles ne voient qu’un monstre détestable ».

— « C’est un malheur, j’en con-