Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous serai peut-être utile pour les détromper. Je suis aveugle, et ne puis vous juger sur votre figure ; mais il y a dans vos paroles un accent qui me garantit votre sincérité. Je suis pauvre et exilé, mais ce sera un véritable plaisir pour moi de pouvoir, en quelque manière, rendre service à une créature humaine ».

— « Homme excellent ! Je vous remercie, et j’accepte votre offre généreuse. Votre bonté me rassure ; votre secours me permet d’espérer, que je ne serai pas chassé de la société de vos semblables, ni privé de leur intérêt ».

— « Dieu vous en préserve, quand