Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(162)

CHAPITRE XV.


« Maudit, maudit créateur ! Pourquoi vivais-je ? Pourquoi, dans cet instant, n’ai-je pas éteint l’étincelle d’existence que vous m’aviez si imprudemment donnée ? Je ne sais ; le désespoir ne s’était pas encore emparé de moi ; mes sentimens étaient ceux de la rage et de la vengeance. J’aurais eu du plaisir à détruire la chaumière et ses habitans, et je me serais rassasié de leurs cris et de leur malheur.

» Dès que la nuit fut arrivée,