Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ques émotions de bienveillance, je la lui rendrais au centuple ; pour cet amour d’une seule créature, je ferais la paix avec l’espèce entière ! Mais je vois que je me laisse aller à des rêves de bonheur qui ne peuvent se réaliser. Ce que je vous demande est raisonnable et modéré ; je veux une créature d’un autre sexe, mais aussi hideuse que moi : ce présent est faible, mais c’est tout ce que je puis recevoir et je serai content. Il est vrai que nous serons des monstres séparés du monde entier ; mais nous en serons plus attachés l’un à l’autre. Nous ne vivrons pas heureux, mais nous serons innocens, et à l’a-