Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cet exil, toi qui désires l’amour et la sympathie de l’homme ? Tu reviendras rechercher encore leur amitié, et tu ne trouveras que leur haine ; ta passion du mal se renouvellera, et tu auras alors une compagne pour t’aider à détruire. Cela ne se peut ; ne m’en parles plus, car je n’y puis consentir ».

— « Quelle inconstance dans vos sentimens ! Il n’y a qu’un moment vous étiez ému par mes raisonnemens ; pourquoi vous endurcissez-vous contre mes plaintes ? Je vous jure, par la terre que j’habite, et par vous-même qui m’avez créé, que je quitterai, avec la compagne que vous me donnerez,