Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


yeux. L’obscurité qui vint à régner me troubla ; mais à peine m’en étais-je aperçu, qu’en ouvrant les yeux, comme je le suppose maintenant, la lumière vint de nouveau m’éclairer. Je marchai, et je crois que je descendis ; mais je remarquai, dans ce moment, que mes sensations subissaient un grand changement. Auparavant, des corps sombres et opaques m’avaient entouré, sans que je pusse ni les toucher ni les voir ; je vis alors que je pouvais errer en liberté, sans aucun obstacle que je ne pusse ou surmonter ou éviter. La lumière devint de plus en plus oppressive pour moi, et la chaleur me fatiguant à mesure que je marchais, je cherchai un endroit pour être à