Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


découvrir les motifs qui dirigeaient leurs actions.

» Les habitans de la chaumière se levèrent le lendemain matin avant le soleil. La jeune femme arrangea la chaumière et prépara à manger ; le jeune homme partit après le premier repas.

» Cette journée se passa de même que la précédente. Le jeune homme était constamment occupé au dehors, et la jeune fille à différens travaux dans l’intérieur. Le vieillard, que je reconnus bientôt aveugle, passait ses heures de loisir avec son instrument, ou en contemplation. Rien ne pouvait surpasser l’amour et le respect, que les jeunes habitans de la chaumière montraient envers leur véné-