Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas les sons que marquaient les signes ? Cependant, je fis des progrès sensibles dans cette science, mais je n’en fis pas assez pour suivre aucune sorte de conversation, malgré mon application et mes efforts. J’étais porté à ce travail par le désir de me découvrir aux habitans de la chaumière, et par la nécessité de n’en faire l’essai qu’après avoir appris leur langage ; certain que, si je parlais comme eux, je les effrayerais moins de la difformité de ma figure, dont j’avais eu connaissance par le contraste que j’avais continuellement sous les yeux.

» J’avais admiré les formes accomplies de mes voisins, leur grâce, leur beauté, et leur teint délicat ; mais combien je fus effrayé quand