Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



III.

Mais vents du nord ni vents du sud n’y feront rien ;
Nous ne serons jamais heureux. Les solitudes
Prennent en vain leurs plus tranquilles attitudes ;
Le lys des prés en vain s’en fait le doux gardien.

En vain le sentier ouvre au discret entretien
Ses retraits tout remplis de molles quiétudes ;
Ni les déloyautés, ni les ingratitudes
Ne lâcheront le cœur serré de leur lien.

L’homme voit partout l’homme, & son âme abattue,
A l’haleine du mal qui l’opprime & la tue
Ploie & cède vaincue en sa stérilité.

Car tous les ceps n’ont pas de grappes savoureuses,
Je sais des fleurs sans graine & des ciels sans été,
Et sans cher avenir des jeunesses fiévreuses.