Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Est-ce un tort ?’une erreur ? j’aurais peine à l’admettre…
— Mais pardon ! c’est presqu’une épître que ma lettre,
Et dans l’apologie où mon cœur s’est jeté,
Ne vous parlais-je pas des sœurs de charité ?…

11 septembre 1869.