Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ô toi la bien nommée ! ô lys de la vallée !
Ô la plus délicate entre toutes les fleurs !
Si ta tige se rompt, tu meurs inviolée,
Comme un lis trop chargé de rosée ou de pleurs !


18…