Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le geste rare & grand dans son austérité,
C’étaient Osée, Amos, Jérémie, Isaïe,
Ces soldats du Très-Haut & de la vérité.

Ils allaient, dénonçant sous la pourpre haïe
Les rois dégénérés soumis à l’étranger,
Par qui la loi divine était toujours trahie.

Ils venaient provoquer Israël à venger
Le culte de justice & de beauté morale
Que tous, dans leur fureur, ne cessaient d’outrager.

Et je considérais cette lutte inégale
Pleine d’ombre & de jour, d’audace & de grandeur,
Entre l’esprit de vie & la force brutale.

Le texte, tout grondant d’une orageuse ardeur,
D’éclairs inattendus illuminait la page
Qui me brûlait les yeux de leur rouge splendeur.

Soudain, comme l’oiseau lassé d’un long voyage
Qu’emportent çà & là les vents impétueux,
Ma pensée abordait une nouvelle plage.