Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tandis qu’en ces instants si courts
J’entendais, du moins il me semble,
Son cœur qui me criait : Toujours !
Le mien qui murmurait : Ensemble !


Août 18…