Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais prétendre dans la poussière
Étouffer mes cris & mes pleurs…
Ah ! prends-y garde, je suis fière,
N’insulte pas à mes douleurs !

Comme une torche résineuse
Qu’embrassée on renverserait,
Flamberait droite & lumineuse
Contre la main qui la tiendrait,

Ma flamme, que tu veux éteindre,
Jette des feux multipliés,
Et, foulée aux pieds, pour t’atteindre
Elle te brûlera les pieds !

Et déjà, lames vengeresses,
Les souvenirs percent ton sein ;
En quelque lieu que tu paraisses,
Les vieux jours volent en essaim.

Ainsi, dans ta course attardée,
Pourquoi te détourner soudain !
Mon ombre s’est-elle accoudée
À la grille de ce jardin ?