Page:Signac - D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, 1911.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66
DE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME

5. D’une façon générale, on peut admettre qu’une œuvre néo-impressionniste soit plus harmonieuse qu’une œuvre impressionniste, puisque d’abord, grâce à l’observation constante du contraste, l’harmonie de détail en est plus précise et qu’ensuite, grâce à une composition raisonnée et au langage esthétique des couleurs, elle comporte une harmonie d’ensemble et une harmonie morale dont la seconde se prive volontairement.

Loin, l’idée de comparer les mérites de ces deux générations de peintres : les impressionnistes sont des maîtres définitifs dont la tâche glorieuse est faite et s’est imposée ; les néo-impressionnistes sont encore dans la période des recherches et comprennent combien il leur reste à faire.

Il ne s’agit pas ici de talent, mais de techniques, et ce n’est pas manquer au respect que nous devons à ces maîtres que de dire : la technique des néo-impressionnistes garantit plus que la leur l’intégrité de la luminosité, de la coloration et de l’harmonie ; de même avons-nous pu dire que les tableaux de Delacroix sont moins lumineux et moins colorés que ceux des impressionnistes.

6. Le néo-impressionnisme, que caractérise cette recherche de l’intégrale pureté et de la complète harmonie, est l’expansion logique de l’impressionnisme. Les adeptes de la nouvelle technique n’ont fait que