Page:Smith - Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Blanqui, 1843, II.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


annuel de ses terres et de son travail serait toujours le même ou à très-peu de chose près le même qu’à l’ordinaire, parce qu’il y aurait encore le même ou à très-peu de chose près le même capital consommable employé à entretenir ce produit. Et quoique la marchandise n’attire pas à elle l’argent toujours aussi vite que l’argent attire à soi la marchandise, à la longue elle l’attire à elle plus nécessairement encore qu’il ne le fait. La marchandise peut servir à beaucoup d’autres choses qu’à acheter de l’argent, mais l’argent ne peut servir à rien qu’à acheter la marchandise. Ainsi, l’argent court nécessairement après la marchandise, mais la marchandise ne court pas toujours ou ne court pas nécessairement après l’argent. Celui qui achète ne le fait pas toujours dans la vue de revendre ; c’est souvent dans la vue d’user de la chose ou de la consommer ; tandis que celui qui vend le fait toujours en vue de racheter quelque chose. Le premier peut souvent avoir fait toute son affaire, mais l’autre ne peut jamais en avoir fait plus de la moitié. Ce n’est pas pour sa seule possession que les hommes désirent avoir de l’argent, mais c’est pour tout ce qu’ils peuvent acheter avec l’argent.

Les marchandises consommables, dit-on, sont bientôt détruites, tandis que l’or et l’argent sont d’une nature plus durable, et que, sans l’exportation continuelle qu’on en fait, ces métaux pourraient s’accumuler pendant plusieurs siècles de suite, de manière à augmenter incroyablement la richesse réelle d’un pays. En conséquence, on prétend en conclure qu’il ne peut y avoir rien de plus désavantageux pour un pays que le commerce qui consiste à échanger une marchandise aussi durable contre des marchandises périssables. Cependant, nous n’imaginons pas de regarder comme un commerce désavantageux celui qui consiste à échanger la quincaillerie d’Angleterre contre les vins de France, quoique la quincaillerie soit une marchandise très-durable, et que, sans l’exportation continuelle qui s’en fait, elle puisse aussi s’accumuler pendant plusieurs siècles de suite, de manière à augmenter incroyablement les poêlons et les casseroles du pays. Mais s’il saute aux yeux que le nombre de ces ustensiles est, par tous pays, limité à l’usage qu’on en fait et au besoin qu’on en a ; qu’il serait absurde d’avoir plus de poêlons et de casseroles qu’il n’en faut pour faire cuire tout ce qui se consomme habituellement d’aliments dans ce pays ; et que si la quantité des aliments à consommer venait à augmenter, le nombre des poêlons et casseroles augmenterait tout de suite, parce qu’une partie de ce surcroît d’aliments serait employée à acheter de ces vases ou à entretenir