Page:Smith - Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Blanqui, 1843, II.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour 100 au-dessous de la valeur de la bonne monnaie neuve sortant de la fabrication ; celle-ci ne paraissait pas plutôt dans le commerce, qu’elle était fondue ou exportée, comme il arrive toujours en pareil cas. Les marchands, qui regorgeaient de monnaie courante, ne pouvaient pas toujours trouver assez de bonne monnaie pour acquitter leurs lettres de change, et la valeur de ces lettres de change devint variable jusqu’à un certain point, en dépit de plusieurs règlements qu’on fit pour l’empêcher.

En vue de porter remède à ces inconvénients, on établit, en 1609, une banque sous la garantie de la ville. Cette banque reçut tant les monnaies étrangères que la monnaie du pays, usée et hors de poids, sur le pied de leur valeur intrinsèque, payable en bonne monnaie au titre et au poids légal, en déduisant seulement ce qui était nécessaire pour payer les frais du monnayage et les autres dépenses indispensables de l’administration. Pour la valeur qui restait après cette légère déduction, elle donnait un crédit sur ses livres. Ce crédit s’appela argent de banque ; et comme il représentait précisément la monnaie suivant son poids primitif de fabrication, il conservait toujours sa même valeur réelle, et il valait mieux intrinsèquement que la monnaie courante. Il fut statué en même temps que toutes les lettres de change tirées sur Amsterdam ou négociées dans cette place, de la valeur de 600 florins et au-delà, seraient payées en argent de banque, ce qui ôta dès lors toute espèce d’incertitude dans la valeur de ces lettres[1]. En conséquence de ce règlement, tout commerçant fut obligé de tenir un compte avec la banque, à l’effet de payer ses lettres de change de l’étranger ; ce qui nécessairement donna lieu à une demande assez considérable d’argent de banque.

Outre sa supériorité intrinsèque sur la monnaie courante et la valeur additionnelle que lui donne nécessairement cette demande, l’argent de banque a encore quelques autres avantages. Il ne craint ni le feu, ni les voleurs, ni les autres accidents ; la ville d’Amsterdam est engagée au payement ; on peut payer avec cet argent par un simple transfert[2], sans avoir la peine de compter et sans courir le risque du

  1. Ce règlement n’était pas en vigueur. De tous les pays du Nord on a tiré sur Amsterdam argent courant, et les lettres ont été payées sans l’entremise de la banque.
  2. Ce transfert ou transport d’argent de banque sur les livres se nomme aussi assignation. Le créancier de la banque cesse de l’être dès qu’il assigne sa partie à une autre personne, et celle-ci est alors couchée sur les livres, comme créancière.