Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que l’on veut décevoir plus couvertement ceux qui n’entendent pas le chiquanoux. Vous vous formalisez de peu de chose, dit l’avocat, et j’oserai bien dire que vous vous plaignez sans raison. Est-il rien de plus beau que la façon dont l’on agite les procès ? N’est-ce pas une marque de la grandeur de la justice, que le grand nombre de ressorts qu’elle fait jouer ? Vous autres qui plaidez ne devez-vous pas avoir du contentement à voir marcher cette grande machine ? Quant à la différence des procédures des juridictions, elle est plus louable que blâmable ; car ne sçavez-vous pas bien qu’il faut que tout pays ait sa coutume ? Je vous le concède pour vous contenter, répondit mon père ; mais je me fâche de ce qu’après tous ces fatras le bon droit n’est point rendu : si l’on le rendoit comme il faut, il n’y a point de longueur ni de chicanerie qui ne fût supportable.

Là-dessus l’avocat dit encore plusieurs choses pour défendre son honorable métier ; et néanmoins, à la fin, il fut contraint de conclure qu’il y avoit beaucoup à redire ; mais que c’étoit que la Divinité envoyoit ce fléau aux hommes pour la punition de leurs énormes péchés, et force lui fut d’accorder à mon père que c’est à tort que l’on appelle en un mot la chicanerie pratique, sans dire de quoi elle est pratique, comme s’il n’y avoit que cette pratique-là, ou qu’elle eût une prérogative si grande sur toutes les autres, que ce fût assez de dire cela seulement pour la faire reconnoître.

Pour revenir au procès, il fut distribué à un conseiller le plus fantasque de tous, car, pour dire vrai, je ne sçais par quelle fatalité la plupart de ces gens-là deviennent à demi fous sur leur vieillesse. Ceux qui ont hanté les cours souveraines s’en étonnent. Les raisons les plus probables sont que, premièrement, pour la plupart, ils sont des âmes abjectes, comme étant nés de parens de basse condition, et que, pour garder leur sotte gravité, ils se séquestrent des bonnes compagnies, et ne passent leur temps qu’à des choses qui les rendent d’autant plus stupides qu’elles sont les plus viles du monde.

Le rapporteur de mon père, parmi sa solitude ordinaire, s’étoit rendu un vrai misanthrope ; personne ne se pouvoit vanter de le sçavoir gouverner, de sorte que ses parties ne dévoient pas craindre qu’il favorisât l’un plus que l’autre. Tout ce qui pouvoit avenir, c’étoit qu’il ne comprît pas bien l’af-