Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme l’on parloit, sans user d’aucune afféterie ; et, puisqu’il quittoit une matière triste pour une joyeuse, il étoit besoin que l’on y vît beaucoup de changement. Ceux qui affectionnent ce livre diront qu’il n’y a point de comparaison des autres à lui, et que l’auteur y a tout autrement réussi, ce qui les étonne merveilleusement ; mais qu’ils prennent garde aussi que l’on n’écrit jamais mieux que quand l’on ne suit que la nature et son génie. Le sieur du Parc étoit d’une conversation fort agréable et fort joviale, tellement qu’il se plaisoit bien plus à écrire des choses sérieuses avec un langage courant que de se contraindre pour écrire à la mode de son siècle, ainsi qu’il avoit fait quelquefois pour plaire à quelques dames. Enfin, l’on peut dire qu’il avoit trouvé son talent. L’on cherche tant, que l’on rencontre ce qui nous est propre. Ses Diversités d’amour furent imprimées en l’an 1614. Depuis, il fit encore deux ou trois livres, et entre autres un, des Fidèles affections, où son style commençoit de se changer petit à petit ; car, en effet, même il y avoit plusieurs personnes qui se lassoient de la mode ancienne, et qui demandoient quelque nouveauté. Enfin, il ne se donna plus d’autre but que Francion et ses diverses fortunes. Mais il y avoit longtemps possible qu’il se préparoit à cette histoire-ci ; car, dedans celle de Floris et Cléonte, et en d’autres lieux, vous trouverez qu’il parle déjà de Francion. Il écrivit donc les aventures de ce cavalier, auxquelles il donna le titre d’Histoire comique ; et ce fut à l’envi de du Souhait[1], Champenois, et comme pour le braver, à cause qu’auparavant du Souhait avoit donné le même titre à quelques contes qu’il avoit ramassés. Il y avoit de la contention entre ces deux esprits, qui étoient d’un même temps ; mais notre auteur a bien précédé celui-là, comme l’on peut voir par le bon accueil que l’on a fait à son ouvrage, au lieu que celui de de Souhait a demeuré dans l’obscurité, et n’a été imprimé qu’une fois. Néanmoins il y a eu beaucoup de gens qui, à cause de ce livre d’Histoire comique que du Souhait avoit déjà fait, ont cru qu’il avoit encore fait celui-ci ; mais nous ne devons pas demeurer dans cette pensée. Cette Histoire comique de Francion fut imprimée pour la première

  1. Auteur des Divers Souhaits d’amour, des Amours de Glorian et d’Ismène ; des Amours de Poliphile et de Mélonimphe, etc.