Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelle elle chercha tant, qu’elle y trouva un livre pareil au sien, où elle montra à Hortensius les mêmes vers qu’il avoit écrits ; et pourtant il ne se rendit pas : au contraire, il assura toujours qu’il en étoit l’auteur, et dit, par vanité, que, son esprit étant semblable à celui de ce poëte, il s’étoit rencontré en de mêmes pensées et en de mêmes pointes que lui. Ne sçavez-vous pas, continuoit-il, que l’on ne sçauroit rien dire qui n’ait été dit déjà ? et, si je trouve ici de la différence, car j’ai mis Fremonde, et il a mis Glorinde, j’ai mis en un endroit charmes, et lui attraits ; au commencement de ma troisième stance, vous trouvez, je ne veux pas, et, au même lieu de la sienne, il y a, je ne veux point. Ainsi Hortensius tâchoit de cacher son larcin, plus grand que celui que j’avois fait de sa bouteille ; mais il n’étoit non plus couvert que le seroit un homme nu qui n’auroit qu’un rets dessus soi. Si l’on n’osa pas, à cette heure-là, se moquer ouvertement de lui, l’on le fit après en beaucoup de bonnes compagnies ; mais, quand j’y songe, la bourgeoise, ayant vu sa première stance, n’avoit qu’à se retirer sans voir les autres, et, lorsqu’il eut achevé, si elle eût voulu réciter toute la pièce, comme si elle l’eût vue écrite, l’on eût indubitablement cru qu’elle eût été une grande sorcière, pensant qu’elle eût deviné ce qu’Hortensius fût venu à l’heure même de composer.

Cette invention n’étant pas alors en son esprit, elle se servit de celle que je vous ai dite, qui vaut bien autant ; et notre pédant, afin de faire oublier ceci, commença incontinent de mettre tout par écuelles, chargeant la table d’une honnête collation : les confitures sèches et liquides n’y manquèrent non plus que l’eau à la rivière ; mais il y avoit une bouteille d’hypocras qui manquoit, et que l’on ne pouvoit trouver ; il se falloit contenter de celle de vin muscat : toutefois Hortensius ne fit point paroître que le larcin que l’on lui avoit fait le mît en colère, à cause qu’il craignoit, pensez, que sa maîtresse ne le trouvât de mauvais naturel Moi, bien aise, je pris la hardiesse de venir jusques au lieu où étoit Fremonde, qui me fit autant de bien qu’il lui étoit possible, me donnant ce qui lui restoit après avoir rempli son ventre et ses pochettes.

Hortensius avoit coutume, quand il festoyoit quelqu’un