Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’elle ne sçavoit ce qu’elle faisoit lorsqu’elle nous a envoyé des calamités. Combien a-t-on tu de rois venir de bas lieu, lesquels on n’a pas moins estimés pour cela. Tamerlan avoit été porcher, Agathocle étoit fils d’un potier, et, pour se souvenir de son père, il vouloit que l’on mêlât sur son buffet de la vaisselle de terre parmi celle d’or et d’argent. On sçait bien qu’Ausone, qui est un très-bon auteur, en a fait ces vers :

Fama est fictilibus cœœnasse Agatoclea regem, etc.[1].

Mais, sans aller si loin, un roi de notre Pologne a été laboureur, et l’on garde encore ses sabots dans un trésor. Il est vrai que ceci est inutile, et l’on sçait bien que je ne suis pas de si bas lieu ; et puis l’on trouvera à la fin par aventure que je suis encore plus que je n’ai estimé. Voyez dans tous les romans les belles reconnoissances qu’il y a. Chariclée croyoit être fille de prêtre, et l’on trouva qu’elle étoit fille d’un roi. Daphnis et Chloé pensoient être les enfans d’un pauvre pasteur, et ils trouvèrent que de riches seigneurs étoient leurs pères. Je m’imagine qu’ainsi, ma vie n’étant tissue que de merveilles, je serai enfin reconnu pour le fils de quelque grand prince. L’on apportera mon berceau, mes langes, mes bandelettes et quelque hochet garni de pierreries, qui fera foi de la noblesse de ma race ; le cœœur me le dit, et je crois que ce n’est pas en vain ; car les inspirations célestes ne mentent point. Il est bien aisé à voir que je suis de race royale, car jamais personne n’eut tant d’envie d’être roi que moi.

Tout ce que vous nous représentez est fort vrai, dit Francion, et outre cela nous voici fort proches de l’année du grand jubilé ; il ne faut point douter que plusieurs princes, qui ont fait des mariages clandestins, ne les découvrent pour avoir rémission de leurs fautes. J’ai ouï dire qu’au dernier jubilé qui a été donné il y en eut plusieurs qui reconnurent ainsi leurs enfans. Hortensius tint encore quelques discours de con-

  1. C’est le début de la huitième épigramme d’Ausone. Le poëte fait dire à Agathocle, que l’on s’étonnait de voir manger dans l’argile :
    ………Rex ego qui sum
    Sicantæ, figulo sum genitore satus.