Page:Soupé - Études sur la littérature sanscrite.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


OUVRAGES DIDACTIQUES. 345

éloquence si poétique et une philosophie si subtile sur le mépris de la vie et la certitude de l'immortalité. L'excellence de la poésie est encore attestée par Y Agnèya-'Purâna et le Wishnou-Purâna ; quant à sa définition, en opposition avec différentes formules proposées par plusieurs érudits, Viswa- nàtha déclare qu'elle est un ensemble de pensées fondées sur le sentiment, qu'elle doit être exempte de fautes, et qu'elle tire une grande force du style, des ornements et des figures.

Notez bien que le critique, entre ces éléments constitutifs de l'art, ne fait aucune mention de la forme métrique ou rhythmée. Cela vient de ce que les Indiens, nous le répétons, écrivaient en vers une foule d'ouvrages théoriques, comme des traités de philosophie ou de législation, d'arithmétique ou de grammaire, sans avoir la prétention d'en faire des poëmes. C'est à un point de vue semblable qu'Àristote a écrit au chapitre ix de sa Poétique : « L'histoire d'Hérodote pour- rait être versifiée ; en vers ou en prose, elle n'en resterait pas moins une histoire. » D'un autre côté, les Indiens ad- mettaient une prose poétique {gadya-kâvija), pareille à celle dont le Télémaque de Fénelon et tant d'autres œuvres, jus- qu'aux Martyrs de Chateaubriand, furent des modèles plus ou moins irréprochables et qui, à tort ou à raison, s'est tant répandue parmi nous depuis la première moitié de ce siècle. On le voit, pour eux, l'essence véritable de la poésie consis- tait surtout dans l'inspiration, la sensibilité, l'enthousiasme; ce qui les aurait rapprochés beaucoup plus des opinions ac- tuelles de la France, de l'Angleterre et de l'Allemagne que des dogmes classiques d'Horace, de Boileau et de Vol- taire. Le commentateur Ramcharana, au milieu des explica- tions utiles, mais très-minutieuses et souvent diffuses, dont il enrichit chaque phrase de son texte, célèbre avec une em- phase tout orientale l'auteur qu'il interprète : « le fameux Viswanâtha, roi des poètes; cette abeille qui butine sur les pieds de lotus de Nàrâyana (ou Wishnou, l'esprit di-

�� �