Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 175 —

surgir l’agent de police de Francfort tout prêt à lui sauter dessus. Plus cette tension d’esprit durait, plus sa teneur augmentait.

Heidi cependant songea à mettre le chalet en ordre, afin que toutes choses fussent bien à leur place quand la grand’maman arriverait Clara trouvait très amusant de voir l’activité de Heidi, allant et venant dans tous les coins et recoins, et elle avait toujours un plaisir tout particulier à la regarder faire. Ainsi occupées, les enfants virent s’écouler sans s’en apercevoir les premières heures de la matinée, et le moment fut bientôt venu où l’on pouvait attendre l’arrivée de la grand’maman. Clara et Heidi, toutes prêtes à la recevoir, sortirent alors et s’installèrent sur le banc devant le chalet, dans l’attente des événements. Le grand-père arriva aussi ; il avait fait une tournée dans les environs et rapportait un gros bouquet de gentianes bleu foncé si richement colorées aux rayons du soleil matinal qu’à leur vue les enfants poussèrent des exclamations de joie. De temps en temps, Heidi quittait sa place en courant pour examiner le sentier et voir si l’on n’apercevait pas encore le cortége de la grand’maman.