Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 196 —

grand que si on lui eût ôté du cœur le poids d’une montagne. Mais comme il venait aussi de comprendre qu’il vaut mieux avouer tout de suite ce qu’on a fait de mal, il dit tout à coup :

— J’ai aussi perdu le papier !

La grand’maman réfléchit un instant, puis elle saisit la liaison de ses idées et dit avec bonté :

— Bon ! bon ! tu as raison de le dire ! H faut toujours confesser tout de suite ce qui n’est pas bien, alors tout rentre dans l’ordre. Et maintenant, qu’est-ce que tu désires ?

Pierre allait donc pouvoir demander n’importe quoi, et il le recevrait ! Il en eut presque le vertige. Il vit passer devant ses yeux toute la foire de Mayenfeld avec les belles choses qu’il avait souvent contemplées des heures entières et qui avaient toujours paru inaccessibles à ses moyens ; car la fortune de Pierre n’avait jamais dépassé un sou, et les objets si souvent convoités coûtaient presque toujours le double. Il y avait les beaux fouets rouges qui lui seraient si utiles pour ses chèvres ; puis ces couteaux à lame arrondie, appelés crapaudins, à l’aide desquels on pouvait faire de fameuses affaires dans les haies