Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 203 —

pelles. Dans la joie on oublie facilement les choses dont on devrait se souvenir en tout premier lieu. Pourtant quand le bon Dieu nous envoie un bienfait, nous devrions tout de suite penser à ceux qui ont tant de privations. Nous allons télégraphier sur-le-champ à Francfort ; aujourd’hui même Mlle Rottenmeier emballera le lit, en deux jours il pourra être ici, et s’il plaît à Dieu, la grand’mère y dormira bien !

Heidi, remplie de joie, se mit à sauter autour de Mme Sesemann ; mais elle s’arrêta tout à coup en disant :

— À présent il faut vite que je descende vers la grand’mère ; elle prendra peur si je reste trop longtemps sans venir.

Heidi ne pouvait plus attendre le moment de lui porter la joyeuse nouvelle, et il lui était aussi revenu à la mémoire combien la grand’mère avait eu peur la dernière fois qu’elle avait été auprès d’elle.

— Non, non, Heidi, à quoi penses-tu ? remarqua le grand-père. Quand on a des visites, on ne se sauve pas ainsi tout à coup.