Page:Spyridis - Le panorama illustré des jeux olympiques, 1895.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
51
des jeux olympiques

prix de pancrace, un autre athlète, nommé Euthymos, gagnait le prix de pugilat ; mais celui-là, non content de son succès, se fit inscrire pour le pugilat et le pancrace à la fois, afin de vaincre Euthymos. Il ont en effet l’avantage dans le premier de ces jeux, mais ses forces s’étant épuisées par ce premier combat, il ne put remporter le prix de pancrace. Les Hellanodices alors, pour le punir, le condamnèrent à payer un talent d’amende envers le Dieu, puis un talent de dédommagement à Euthymos, parce qu’il semblait que c’était dans le dessein de lui nuire qu’il avait entrepris de le combattre au pugilat. L’Olympiade suivante Théagènes, paya l’amende à laquelle il avait été condamné envers le Dieu, et pour indemniser Euthymos, il ne se présenta pas au pugilat dont celui-ci remporta le prix en cette Olympiade et en la suivante.

Diverses statues furent érigées à Théagènes ; celle-ci qui est en bronze est l’œuvre de Glaucias d’Égine. On en voit d’autres à Némée, dans l’Isthme, à Thassos et jusque chez les nations barbares. Après sa mort, Théagènes fut honoré par ses compatriotes comme un héros.


Le temps nous manquerait si nous entreprenions d’énumérer les noms seulement de ces hommes dont les statues innombrables représentent ici la bravoure, la gloire, la vertu et la sagesse helléniques, immortalisées par le ciseau des plus célèbres artistes. Aussi arrêtons-nous pour un instant seulement devant ces monuments introduits ici par la violence du despotisme romain et jetons un regard curieux sur ce chanteur et comédien tout à la fois, ce cabotin empereur des Romains : c’est le terrible Néron.

Celui-ci pendant son séjour en Achaïe, remporta des milliers de couronnes, non seulement comme chanteur et tragédien hors ligne, mais aussi comme athlète con-