Page:Stendhal - D’un nouveau complot contre les industriels, 1825.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


style prétentieux : « La capacité industrielle est celle qui doit se trouver en première ligne ; elle est celle qui doit juger la valeur de toutes les autres capacités, et les faire travailler toutes pour son plus grand avantage [1]. »

Or, un charron, un laboureur, un menuisier, un serrurier, un fabricant de souliers, de chapeaux, de toiles, de draps, de cachemires, un roulier, un marin, un banquier, sont des industriels. Cette énumération est encore de M. de Saint-Simon [2].

Une multitude énorme telle que celle qui se composerait de tous les laboureurs, de tous les menuisiers, de tous les cordonniers, etc., ne peut pas être en première ligne, ou bien tout le monde serait en première ligne ; ce qui rappelle un peu ce philosophe de la comédie, qui dans son placet dit au prince :

En fameux ports de mer changez toutes vos villes.
La première ligne de la société arrangée à la Saint-Simon, se trouvant un peu nombreuse, puisque nous y voyons placés tous les cordonniers, tous les maçons, tous les laboureurs, et bien d’autres,

  1. Catéchisme des Industriels, 3e cahier, pag. i.
  2. Page i du Catéchisme des Industriels.