Page:Stendhal - D’un nouveau complot contre les industriels, 1825.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Je pense donc avec les journaux vendus à l’industrialisme, que non-seulement la capacité industrielle fournit les gens les plus remarquables par la vertu [1] mais encore que certains industriels des plus riches sont les juges véritables, si ce n’est de toutes les autres capacités, du moins de celle des Figaro, des Scapin, et autres personnages fort connus par leur habileté dans l’intrigue et par la place élevée qu’ils occupent dans l’estime publique.

Qu’est-ce auprès de telles capacités qu’un juge intègre comme M. Dupont (de l’Eure), qui habite une chambre de 36 francs, et refuse toutefois d’ajouter un seul mot au discours qu’il doit prononcer le lendemain ? Ce seul petit mot, fort honorable en soi et alors fort à la mode, lui eût valu avant la fin de la journée 15,000 livres de rente et la plus belle place de son état.

Qu’est-ce qu’une dupe comme le général Carnot, qui, après avoir été le ministre de la guerre de 14 armées de cent mille hommes, s’en va mourir

dans la pauvreté à Magdebourg ?

  1. Il est évident que, si jamais les industriels arrivent au pouvoir, ils investiront la morale du plus grand empire qu’elle puisse exercer sur les hommes. Catéchisme, no i, page 56.