Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
ROMANS ET NOUVELLES

— Avantage immense, dit Léon (il se faisait ainsi appeler : il trouvait qu’il y avait blasphème à mêler à toutes les petites circonstances de la vie le grand nom de Napoléon qui était le sien, l’empereur ayant été son parrain [1] .) Avantage immense, monsieur ; il n'y aura personne pour me faire rougir par des actions utiles, peut-être même basses.

— Hé bien, dit l’abbé, la réponse demain ici. Pas un mot à qui que ce soit. Je ne suis point maître de l’affaire, vous serez même étonné du peu d’influence que j’aurai à vous offrir. C’est une simple possibilité qui par un hasard incroyable est venue traverser mon esprit. Mais aussi je ne vous demande la parole d’honneur dont nous avons parlé que dans le cas où cette idée hasardée peut-être conduirait à quelque chose.

— Succès ou non, monsieur, dit Léon d’un air fort sérieux, je vous aurai, ce me semble, une obligation du premier ordre. À demain ici, à six heures.

— Convenu et silence absolu même avec madame la duchesse.

— Quoi ! vous ne lui avez rien dit, dit Léon, étonné et charmé.

— Ni ne lui dirai rien avant votre ré-

  1. Longueur.