Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
LE ROSE ET LE VERT


ponse. C’est une idée imprévue, souvenez-vous-en.

— Ah monsieur l’abbé, que ne vous dois-je pas, dit Léon avec sentiment !

« Voici mon petit jeune homme assez bien préparé, se dit l’abbé… J’ai reconnu la fureur de Malin-La-Rivoire, comme nous disions, mais au lieu d’aller rêver ou je ne sais quoi faire d’inutile, il serait parti au galop pour agir à tort et à travers, chercher à louer un appartement dans la maison de la demoiselle, en un mot agir. Cette génération est, on dirait, d’une autre race !

» Mais plût à Dieu, ajouta l’abbé, sa pensée revenant à son affaire, que je fusse aussi avancé aux yeux de la petite demoiselle… Réellement je la connais beaucoup moins que Léon… Oh ! Léon est à moi, je lui ai donné tout un moment de bonheur qu’il n'oubliera de longtemps… Mais quelle horreur subite et sincère chez cette génération d’impies pour un appartement à côté de Saint-Thomas d’Aquin ! Ah ! ajouta l’abbé avec un soupir, il y a beaucoup à faire ! »