Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
140
ROMANS ET NOUVELLES

Alors Mina lui fait l’aveu d’avoir fait un enfant.

Combat dans le cœur de Léon, il lui déclare qu’il l’épousera malgré cela. Désespoir de Mina : elle s'est promis de se brouiller s'il ne la refuse pas.

Elle renonce à la promesse qu’elle s'est faite, elle veut être avec Léon comme à l’ordinaire. Tout est empoisonné. Dans une boutade le caractère ferme de Mina l’emporte sur l’amour. Elle donne son congé à Léon qu’elle adore.

Il le prend par pique d’amour-propre et consent à effectuer un cinquième mariage que la duchesse sa mère avait arrangé. (Arranger les choses suivantes fémininement et suivant les convenances.) Mina revoit Léon. Lui ne peut vivre sans elle, il meurt d’ennui. Il a repris tout son ancien caractère auprès de sa femme. Il voit Mina en cachette. Elle a une consolation bien douce au milieu de ses chagrins, elle est bien sûre maintenant de n'être pas épousée pour les millions.

— Comment avez-vous pu vouloir épouser une fille qui avait manqué à ses devoirs ?

— Plût à Dieu, qu’elle fût ma femme ! Moi qui juge si mal moi et les autres, j’avais pourtant deviné ceci : même avec ce grand défaut, la mère de cet enfant était pourtant encore la seule femme existante au monde.