Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
LE ROSE ET LE VERT


leur furent profondément blessées des attentions fort mesurées pourtant dont elle était l'objet. Par exemple, elle ne savait plus où aller prendre l'air. Elle était obligée de se faire conduire à deux lieues de Kœnigsberg et de changer chaque jour de but de promenade si elle ne voulait s'exposer à être saluée par cinq ou six beaux jeunes gens à cheval.

— Mais, est-ce chez moi un excès de vanité bien ridicule et surtout bien déplaisant, disait Mina à sa mère, les larmes aux yeux, lorsqu'elles rencontraient ces jeunes gens, si je me figure que c'est pour nous que ces messieurs se lancent à une distance aussi singulière de Kœnigsberg ?

— Ne nous exagérons rien, ma chère amie, disait Madame Wanghen, le hasard peut être l'unique cause de ces rencontres. Choisissons les buts de promenade les moins pittoresques et les plus paisibles et ne croyons jamais qu'à la dernière extrémité que quelque chose d'extraordinaire a lieu en notre honneur.

Mais c'était en vain que ces dames choisissaient les steppes les plus nues de la plage du Friesches-Haff (bras de mer voisin de Kœnigsberg), toujours, elles étaient contrepassées par de brillantes cavalcades de jeunes gens qui même avaient mis à la mode la cou-