Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
ROMANS ET NOUVELLES


leur noire qui était celle du deuil de Mina. Ces messieurs s'entendaient avec le cocher de Madame Wanghen qui les faisait avertir de l'heure et de la direction de la promenade du jour.