Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, II, 1928, éd. Martineau.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
LE COFFRE ET LE REVENANT

— Ma fille, s’écria-t-il, le moine veut t’épouser !

Bientôt Inès sécha ses larmes et demanda la permission d’aller consulter le curé, qui était dans l’église, à son confessionnal. Malgré l’insensibilité de son âge et de son état, le curé pleura. Le résultat de la consultation fut qu’il fallait se résoudre à épouser don Blas, ou dans la nuit prendre la fuite. Doña Inès et son père devaient essayer de gagner Gibraltar et s’embarquer pour l’Angleterre.

— Et de quoi y vivrons-nous ? dit Inès.

— Vous pourriez vendre votre maison et le jardin.

— Qui l’achètera ? dit la jeune fille fondant en larmes.

— J’ai des économies, dit le curé, qui peuvent monter à cinq mille réaux ; je vous les donne, ma fille, et de grand cœur, si vous ne croyez pas pouvoir faire votre salut en épousant don Blas Bustos.

Quinze jours après tous les sbires de Grenade, en grande tenue, entouraient l’église si sombre de Saint Dominique. À peine si en plein midi on y voit à se conduire. Mais, ce jour-là, personne autre que les invités n’osait y entrer.

À une chapelle latérale éclairée par des centaines de cierges, et dont la lu-