Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des égards particuliers au général Beningsen. Alexandre le remarqua et lui en demanda la raison. « Mais franchement, dit Napoléon, c’est pour vous faire ma cour, vous lui avez confié votre armée, et c’est assez qu’il ait votre confiance pour m’inspirer des égards et de l’amitié[1]. »

  1. La suite dans l’Edinburgh review, n° 54, p. 486.