Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


c’était pour voir l’état où ils pouvaient tomber d’un jour à l’autre. Après la bataille de Leipzig, l’intrigue se tut un moment et le vrai mérite put approcher des cours[1]. Ainsi le patriotisme et l’enthousiasme étaient dans le camp des Alliés avec la Landsturm et la Landwehr, et ils avaient des gens de mérite. Napoléon avait paralysé l’enthousiasme et, au lieu d’avoir Carnot pour ministre de la guerre, comme à Marengo, il avait M. le duc de Feltre.

  1. MM. Stein, Gneisenau.